17 Avril 2006, Angleterre

On trouve toujours une personne pour croire qu’un conseil sensé ne s’applique pas à elle. Par exemple, si un médecin vous informe que vous allez être enduit d’un traitement médical inflammable, la plupart des gens le prendraient à la lettre, et éviteraient d’allumer la moindre allumette tant que le produit inflammable ne se serait pas évaporé. Hospitalisé pour une maladie de peau, le traitement de Philip consistait en une crème à base de paraffine dont il devait s’enduire. On l’avertit que la crème pouvait s’enflammer et que, par conséquent, il lui était formellement interdit de fumer. Mais, à 60 ans, Philip en savait plus que son médecin. Et il lui fallait absolument sa cigarette. Fumer étant interdit dans le service, Philip se faufila alors par une issue de secours. Une fois à l’abri des regards, il alluma sa cigarette, l’inhala et sentit la paix l’envahir à mesure qu’il absorbait sa dose de nicotine. Ce ne fut qu’une fois sa cigarette terminée, au moment où il écrasa le mégot de son talon, que les choses se sont rapidement détériorées. Ses vêtements étaient imbibés de paraffine. Dès l’instant où son talon toucha le mégot, son pyjama s’enflamma. Le brasier qui s’ensuivit le brûla au premier degré sur la majeure partie de son corps. Malgré d’excellents soins, il mourut en soin intensif.

Utilisons maintenant la liste de Darwin :

1. Reproduction : il aurait pu avoir des enfants, mais ce n’est plus le cas à présent.
2. Excellence : c’est une histoire dont je me souviendrais !
3. Sélection naturelle : il avait été prévenu que la paraffine et fumer ne font pas bon ménage.
4. Maturité : à 60 ans, je pense qu’il était suffisamment âgé.
5. Véracité : de nombreux journaux anglais ont relaté cette histoire.

Ce cas rentre dans toutes les cases et, bien que je sois peiné pour la famille, sa mort aura servi de leçon à d’autres. Si un médecin vous demande de ne pas fumer, c’est qu’il y a une très bonne raison.


  • Currently 4.44/5
4.4/5 (280 votes)